fadeur


fadeur

fadeur [ fadɶr ] n. f.
XIIIe, repris 1611; de fade
1Caractère de ce qui est fade. La fadeur d'un plat insuffisamment assaisonné. J'avais beau « relever la fadeur de mes tresses blondes par des rubans cerise » (Balzac).
2Fig. Caractère de ce qui est insignifiant, plat, ennuyeux. platitude. « des banalités d'une fadeur insurpassable » (A. Gide).
3Vx Des fadeurs : des discours, des compliments fades ( fadaise ) .
⊗ CONTR. Mordant, 2. piquant, saveur.

fadeur nom féminin Caractère de ce qui est fade, sans saveur : La fadeur d'un plat. Caractère de ce qui est insignifiant, sans intérêt, de ce qui manque d'attrait : La fadeur d'une conversation.fadeur (synonymes) nom féminin Caractère de ce qui est fade , sans saveur
Synonymes :
- insipidité
Caractère de ce qui est insignifiant, sans intérêt, de ce...
Synonymes :
- banalité

fadeur
n. f.
d1./d Caractère de ce qui est fade.
d2./d (Plur.) Compliments, propos fades.

⇒FADEUR, subst. fém.
A.— [Correspond à fade1 A]
1. Caractère de ce qui est fade.
a) Domaine du goût. La fadeur d'un mets, d'une sauce. Leur goût [des fruits] écœurait tout d'abord, étant d'une fadeur incomparable (...) la chair en semblait passée; elle laissait après, l'âpreté dans la bouche (GIDE, Nourrit. terr., 1897, p. 194). La fadeur des crèmes de blé vert, des bouillies d'avoine, des panades, m'arrachait des larmes (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 10).
b) Domaine de l'odorat. Il régnait une odeur de fièvre et de vieillesse accumulée (...), une odeur aigre et douceâtre à la fois, une fadeur (DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 34) :
Des caves voisines, à travers les madriers, toutes sortes d'odeurs leur arrivaient : la fadeur des légumes, l'âpreté de la marée, la rudesse pestilentielle des fromages, la chaleur vivante des volailles.
ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 774.
c) Domaine de la vue. (Le soleil échantillonne un à un ses rayons) (...) voilà le bon, le safran! rien ne relève comme lui la fadeur de la peau humaine... vas-y, soleil! (GIRAUDOUX, Amphitr. 38, 1929, p. 75).
En partic., PEINT. Une certaine fadeur fait présager la couleur fatiguée de Nattier [toiles de Largillière] (HOURTICQ, Hist. art, 1914, p. 253).
d) Domaine de l'ouïe, en partic. MUS. Des neuvièmes mystérieuses et profondes viennent relever la fadeur des accords de sixte (LA LAURENCIE, Éc. fr. violon, 1922, p. 177).
2. P. ext. Caractère de ce qui procure une sensation de chaleur, d'étouffement désagréable. Il [Crescent] peignait le midi ardent et poussiéreux... avec ses tons neutres et brûlants, ses soleils sourds faisant peser la fadeur écœurante de l'été sur la sieste des moissonneurs (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 269). [Didace] huma avec dédain la fadeur de l'air tiède. Quoique la fraîcheur du soir approchât, il sentait ses épaules pénétrées de chaleur. À ce temps mort, amollissant, il préférait les pluies de bourrasque, les rages de vent qui fouettent le sang des hommes (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 16).
B.— Au fig. [Correspond à fade1 B]
1. Caractère de ce qui produit une impression désagréable par sa monotonie, son manque de vie, d'intérêt. La fadeur d'une existence en maison publique (E. DE GONCOURT, Élisa, 1877, p. 117). Même le récit du bonheur les fatigue [les hommes]. Ce qui est constamment délicieux, ils l'appellent fadeur; par faiblesse (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 76).
[En bonne part] Un doux sentiment jamais défleuri pareil à ces affections déjà anciennes qui sont plus indulgentes peut-être que le miel des débuts et dont la paisible fadeur est touchante comme ces deux fleurs fanées en tes cheveux (BARRÈS, Barbares, 1888, p. 104).
P. méton. Une de ces fadeurs de l'âme où il semble que tout ce qu'on a en vous se liquéfie et se dissout (FLAUB., Corresp., 1846, p. 332).
2. Caractère d'une personne fade, insignifiante. Sa gaucherie [de Néron] (...), cette balourdise prétentieuse qui fait ressembler sa vie entière aux miaulements d'un sabbat grotesque, atteignaient au sublime de la fadeur (RENAN, Antéchrist, 1873, p. 312). Il n'y a que les femmes qui ne savent pas s'habiller qui craignent la couleur, reprit M. de Charlus. On peut être éclatante sans vulgarité et douce sans fadeur (PROUST, Sodome, 1922, p. 1055). La fadeur courtisanesque, l'extase béate de Dangeau devant la figure du roi écœurent profondément le duc et pair (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 187).
P. méton. La fadeur de ses manières, de sa conversation est insupportable; la fadeur de ses discours, de ses plaisanteries; il y a de la fadeur dans ses louanges; des louanges pleines de fadeur; complaisant jusqu'à la fadeur (Ac. 1835-1932).
♦ Domaine littér. ou artistique. Lu et pris des notes. — Commencé ce tissu de fadeurs et de fadaises sur le livre de Mme de Saint-M. mais interrompu pour demander un renseignement sur ce livre à la marquise (BARB. D'AUREV., Mémor. 2, 1838, p. 374).
♦ Domaine amoureux. Personne ne me fait la cour. Nalege. — Et à vous, on vous la fait toute la journée... Germaine. — Non! de cinq à sept. Nalege. — Et cela vous amuse d'entendre toutes ces fadeurs, toutes ces niaiseries? (FRANCE, Pt bonh., 1898, 3, p. 496). Et je viens demander la main de votre Altesse. Nous ne nous disons pas de bien longues fadeurs, Puisque tout est réglé par nos ambassadeurs (COPPÉE, Poésies, t. 2, 1865-1908, p. 366).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début XIIIe s. « dégoût » fadur de cuer (Alphabetical Lapidary, 1376 ds Anglo-norman Lapidaries, éd. P. Studer et J. Evans); 2. 1611 « manque de saveur, de goût » (COTGR.); 3. 1611 « chose insignifiante » (ibid.); au plur. av. 1778 « discours fade, louange fade » (VOLT., Lett. en vers et en prose, 161 ds LITTRÉ). Dér. de fade; suff. -eur1. Fréq. abs. littér. :161.

fadeur [fadœʀ] n. f.
ÉTYM. XIIIe, fadur « dégoût », repris 1611; de 1. fade.
1 Caractère de ce qui est fade, sans goût. || La fadeur d'un mets. || Masquer, relever la fadeur d'une sauce. || La fadeur de certaines couleurs, d'une chevelure.
Manque d'éclat.
1 J'avais beau tantôt mettre des bleuets dans mes grappes de cheveux, tantôt relever la fadeur de mes tresses blondes par des rubans cerise (…)
Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Pl., t. I, p. 256.
2 Caractère de ce qui est insignifiant, plat, ennuyeux. || La fadeur d'un caractère, d'un sentiment, d'un style, d'un roman.
2 Je suis lasse à mourir de la fadeur des nouvelles : nous avons besoin de quelque événement, comme vous dites (…)
Mme de Sévigné, 476, 11 déc. 1675.
3 Fadeur générale de la vie (en Belgique). Cigares, légumes, fleurs, fruits, cuisine, yeux, cheveux, tout est fade, tout est triste, insipide, endormi. La physionomie humaine, vague, sombre, endormie.
Baudelaire, Arguments du livre sur la Belgique, III.
Caractère de ce qui manque de relief. || La fadeur d'un compliment (→ Badin, cit. 7).
4 Il y entre trop de fadeur et de grossièreté (dans cette manière de plaisanter) pour devoir craindre qu'elle s'étende (…)
La Bruyère, les Caractères, V, 71.
3 (Une fadeur, et surtout, au plur., des fadeurs). Vieilli. Discours, compliment, galanterie fade. || Il débite des fadeurs à toutes les femmes qu'il rencontre. || Un bavard dit des fadaises, un vieux beau des fadeurs. Douceur.
5 Avec les jeunes gens de son âge (de Sophie), c'est autre chose (…) leurs entretiens pleins d'innocence seront badins, mais décents (…) s'ils dégénèrent en fadeurs, elle les fera bientôt cesser, car elle méprise surtout le petit jargon de la galanterie (…)
Rousseau, Émile, V.
6 Elle était belle, née, faite pour plaire, pour recevoir des hommages et entendre des fadeurs.
Maupassant, Notre cœur, IV, p. 153.
CONTR. Montant, mordant, piquant, sapidité, saveur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fadeur — Fadeur. s. f. Qualité de ce qui est fade, de ce qui est insipide. C est une viande insipide, il faut une sauce de haut goust pour en corriger la fadeur. Il se dit figur. soit De la mine, des manieres, & de l entretien pour sign. Un certain manque …   Dictionnaire de l'Académie française

  • fadeur — /fa dœr/ noun Dullness • • • Main Entry: ↑fade …   Useful english dictionary

  • fadeur — (fa deur) s. f. 1°   Qualité de ce qui est fade. La fadeur d un mets. 2°   Fig. Il se dit de ce qui manque de vivacité, de piquant, d animation. •   Je suis lasse à mourir de la fadeur des nouvelles, SÉV. 236. •   Cette manière basse de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FADEUR — s. f. Qualité de ce qui est fade, de ce qui est insipide. La fadeur d un mets, d une sauce. C est une viande insipide, il faut une sauce de haut goût pour en corriger la fadeur.   Il se dit figurément, soit De la mine, des manières et de la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Fadeur — L eau est fade mais ne dégoûte pas. Sur les autres projets Wikimedia : « fade », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Au sens propre, la fadeur ou le fade caractérise une chose manquant de …   Wikipédia en Français

  • FADEUR — n. f. Qualité de ce qui est fade. La fadeur d’un mets, d’une sauce. Figurément, il signifie Insignifiance dans la mine, dans les manières, dans les propos de quelqu’un. La fadeur de ses manières, de sa conversation est insupportable. La fadeur de …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Fadeur — Fa|deur [fa dø:ɐ̯] die; <aus gleichbed. fr. fadeur> svw. ↑Fadaise …   Das große Fremdwörterbuch

  • Fade — Fadeur L eau est fade mais ne dégoûte pas …   Wikipédia en Français

  • fadasse — [ fadas ] adj. • 1755; de fade ♦ Fam. Qui est d une fadeur déplaisante. Plat fadasse. ⇒ insipide. Une chevelure d un blond fadasse. ⇒ 1. terne. « Votre poésie subjective sera toujours horriblement fadasse » (Rimbaud). ⇒ 1. plat. N. f. FADASSERIE …   Encyclopédie Universelle

  • Laid — Vieille Femme grotesque, 1525 30, de Quentin Metsys. Une œuvre picturale jugée belle, représentant la laideur visuelle. Le laid ou la laideur est généralement la caractéristique opposée au beau (jugement esthétique). Parfois le laid est une… …   Wikipédia en Français